Séminaire de la chaire Ethique et Finance

Semestre 1 & 2

Christian Walter

Ce séminaire est dispensé à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme au 54 Boulevard Raspail, 75006 Paris.

La pratique de la modélisation en finance a profondément modifié le paysage de la profession financière dans le monde et a contribué à l’omniprésence de la finance dans la société. D’où viennent les modèles, quelle est leur histoire, quels sont leurs fondements techniques, historiques ou sociaux, sur quelles prémisses autres que financières se fondent leurs hypothèses, sont-elles toujours pertinentes pour l’élaboration des solutions proposées ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles toute analyse de l’activité financière se trouve aujourd’hui confrontée, en raison de l’impact sociétal de l’utilisation des modèles mathématiques ou statistiques utilisés par les financiers professionnels. Le séminaire d’enseignement a pour objet l’examen de ces questions à partir de l’analyse des formes successives qu’a prise la modélisation du risque en finance et des controverses scientifiques qui ont accompagné cette évolution. On suivra en particulier l’évolution centenaire d’une représentation probabiliste à la fois déterminante et dominante du risque financier, celle induite par le modèle de marche au hasard (random walk model). Les enjeux éthiques des choix de modélisation du risque seront abordés en introduisant la notion d’« éthique épistémique.

Un séminaire de recherche accompagne cet enseignement et a lieu une fois par mois. Pour plus d’informations voir le site de la Chaire Ethique et Finance.


Syllabus

  1. Introduction: éthique de la finance et modélisation mathématique du risque

    Un commentaire sur le film Margin Call (2011). Comment la « formule qui a tué Wall Street » a conduit les financiers à prendre des positions catastrophiques. L’éthique déontologique et l’éthique épistémique.

  2. Production de données et échelles teporelles de l'évaluaton du risque en finance

    Comment les choix d’enregistrement des variations boursières contribuent à produire une représentation particulière du risque des marchés. La notion de convention de quantification du risque. Le problème de la « base empirique » des tests statistiques en finance. La construction mathématique de la représentation brownienne du risque.

  3. Les origines de la représentation brownienne du risque financier

    Comment la tripartition de Walras (la morale, la science et l’art) se retrouve dans la triple origine du modèle de marche au hasard gaussienne en finance avec Regnault (la morale), Bachelier (la science) et Cowles (la pratique).

  4. Econometrie et finance: les controverses entre statisticiens et financiers

    Comment les statisticiens ont imposé entre 1933 et 1970 le modèle de marche au hasard des variations boursières aux analystes financiers et aux gérants d’actifs professionnels. Rôle de la commission Cowles dans ce coup de force.

  5. L'efficacité informationnelle d'un marché, analyse philosophique

    Comment l’hypothèse d’efficacité informationnelle est passée d’un statut de programme de recherche (énoncé à mettre à l’épreuve) à un statut de programme réglementaire (normes financières contraignantes, MIF2, IAS39, Bâle III, Solvabilité II, UCITS V). L’histoire de ce changement et de ses conséquences sociétales.

  6. La résistance au changement dans la modélisation du risque en finance

    Comment la représentation brownienne des variations boursières est devenue un croire collectif malgré les invalidations empiriques permanentes de ses hypothèses fondamentales. Rôle des normes et des réglementations dans cette domination.